Découvrir la commune de Salies de Béarn

Salies-de-Béarn est une commune française qui se situe dans le département des Pyrénées-Atlantiques de la région Nouvelle-Aquitaine. Cette commune est exactement entre le gave de Pau au nord et le gave d’Oloron au sud, en passant par Sauveterre-de-Béarn.

I. Histoire et légendes de la commune de Salies-de-Béarn

L’histoire de Salies-de-Béarn ne manque pas de sel. Paul Raymond (ancien Archiviste et Historien français) précise qu’en 1385, il y avait 247 feux à Salies. Salies constituait le bailliage et un notaire limités à la ville. En 1790, le canton de salies avait pour composition les communes d’Auterrive, Bérenx, Carresse-cassaber, Castagne, Labastide-Villefranche, Lahontan, Léren, Orion, Saint-Pé-de-Léren, Salies-de-Béarn… Si l’on se fige sur les traces de sel retrouvées dans les poteries et pots en argile, l’origine de la commune remonterait à l’âge du bronze (1500 avant JC).

 

Comme d’habitude il y a une bonne légende vivante pour l’histoire des petites villes. En se basant sur l’histoire de Salies racontée par des auteurs aux 17e et 18e siècle, la légende dit que la ville aurait vu le jour grâce à un sanglier. En effet, pendant une partie de chasse dans la forêt dense qui recouvrait la région à cette époque, un sanglier blessé avait échappé aux chasseurs. La bête a donc été traquée et retrouvée dans les marécages quelques jours plus tard en bon état de conservation. C’est ainsi qu’ils découvrirent que le marais contenait du sel. Et comme le sel était très populaire à l’époque, tout un village s’est formé autour de cette découverte extraordinaire. Ce qui donne comme symbole à la ville « le sanglier ». D’années en années, cette découverte est passée d’exploitations en exploitations. Cette zone a même servi pendant la seconde guerre mondiale où la ligne de démarcation passait.

 

Salies-de-Béarn a connu son apogée dans la seconde moitié du 19ième siècle grâce au docteur Brice de Coustalé (qui était de sa Majesté Napoléon 3) qui par ses éminents travaux sur les eaux thermales de Salies, leur a donné une notoriété mondiale.

 

Depuis la fin du 20ième siècle jusqu’à nos jours, la fréquentation thermale et touristique paraît devenue plus importante grâce à l’espace de balnéothérapie, au développement des hôtels entre autres.

salies-de-bearn-8

II. L’eau salée de Salies-de-Béarn (Caractéristique spéciale)

Avec une population d’environ 5000 habitants dirigés par le Maire Thierry Cabanne, la commune de Salies-de-Béarn se distingue le plus par le sel. Un élément qui a connu une évolution grandiose dans le monde entier. Cette eau salée a ses propriétés propres à elle et reste dans un plan économique le moteur de recherche touristique des populations Française et d’ailleurs.

Tout commence dans le passé avec la douce évaporation de l’eau de source qui permettait d’obtenir un sel d’une naturelle blancheur. Et tout ceci sans traitement. Ce qui a laissé par la suite le nom de « cité du sel ». Les cristaux de sel de Salies-de-Béarn ont la forme de pyramides creuses entières plus ou moins brisé.

En effet, le sel de Salies-de-Béarn se distingue par ses inclusions fluides. Elles sont formées par la disposition irrégulière des atomes de chlorure et de sodium lors de la cristallisation du sel. Ces petits trous sont remplis d’eau de source concentrée qui reste tendre un piège dans les cristaux de sel après sa cristallisation. C’est cette particularité du sel de Salies-de-Béarn qui le rend riche en oligo-éléments. C’est le sel de Salies-de-Béarn qui contient, outre le chlorure de sodium, de nombreux minéraux et oligo-éléments indispensables aux fonctions de notre corps. L’abondance de sels minéraux et d’oligo-éléments confère au sel de Salies-de-Béarn des qualités nutritionnelles extraordinaires. Le processus de production entièrement naturel conserve toute la richesse minéralogique de l’eau de source.

Le sel de Salies-de-Béarn présente des qualités microbiennes constantes. Cela peut s’expliquer par le fait que l’eau de source est recouverte d’une épaisse couche d’argile pour la protéger de la pollution. De plus, ce sel contient également un grand nombre de bactéries vivantes extrêmement halophiles (B.H.E.V). Ces bactéries présentes dans l’enveloppe fluide du sel confèrent au sel de Salies-de-Béarn des propriétés très particulières.

Elles sont responsables de :
– Cette saveur particulière du sel de Salies-de-Béarn et de la note violette appréciée par le Roi Louis 14.
– La couleur naturellement blanche du sel.

Ces bactéries halophiles uniques au monde sont à l’origine des bienfaits nutritionnels du sel de Salies-de-Béarn. Des vertus qui se trouvent non seulement dans l’eau de source et le sel mais également dans le concentré d’eau chaude : appelé eau-mère. La qualité de ces eaux a renfoncé la réputation des thermes de cette ville.

Enfin, chaque année en septembre, une fête de sel est organisée dans la commune de Salies-de-Béarn. Elle regroupe les thèmes de gastronomie et d’histoire dans le but de promouvoir la région sans oublier les traditions passées. C’est ainsi qu’il est organisé des animations locales, des concerts, des conférences, des défilés de cortège parade, des spectacles et autres.

III. Quelques activités à faire à Salies-de-Béarn

Une fois sur les lieux de Salies-de-Béarn, la nature, la tradition et l’histoire ancienne attirent l’attention de tous. C’est un lieu propre de tourisme en France. Grâce à son histoire et aux travaux ancestraux, plusieurs activités peuvent s’illustrer dans le but de la découverte ou de la joie de connaitre les sciences historiques.

1. Les Salines

L’extraction du sel de Salies-de-Béarn s’est poursuivie jusqu’à la loi du sel de 1840. Cette extraction a été abandonnée au profit d’une plus grande en juin 1840 parce que la loi sur le sel imposait la fabrication sur des espaces pouvant produire 500 tonnes l’année. Ainsi, avec du temps, l’usine est passée d’échelle en échelle jusqu’à la construction en 1899 de l’emplacement du site de production qui est actuellement en activité.

 

Il a été rénové avec des pratiques modernisées comme le chauffage au bois des forêts environnantes et le chauffage électrique par la suite. Après quelques années délaissées aux travaux et recherches, l’exploitation des salines avait repris en 2011 par le « Consortium du jambon de Bayonne » à travers la Société d’exploitation des salines de Salies-de-Béarn. Ceci dans le but d’assurer la continuité de son approvisionnement en sel. Ce site d’exploitation marque donc une histoire très particulière dans l’évolution de la cité du sel jusqu’à nos jours. De ce fait, les salines restent donc une activité porteuse d’une histoire large de Salies-de-Béarn.

2. Le pont de la légende

Le pont légendaire est situé à Sauveterre-de-Béarn, département français de la région Pyrénées-Atlantiques. C’est un pont fortifié du 17ième siècle classé aux monuments historiques par arrêté du 12 juillet 1886. Après plusieurs remaniements entre le 13ième et le 14ième siècle, le pont fortifié de la légende était devenu le point de passage et de sortie vers la Navarre. Ce qui a permis plus tard de traverser le gave d’Oloron vers l’ile de la guerre.

Anciennement connu sous le nom de pont Mayor puis de pont de l’hôpital, le pont de la légende est le seul à avoir survécu à la violente inondation de 1732 qui avait balayé tout sur son chemin.
Salies-de-Béarn doit beaucoup au Vicomte Gaston 5 du Béarn qui était accusé en public d’avoir volontairement donné la mort à son fils nouveau-né. Il fut remplacé par le Roi Sanche 4 de Navarre son beau-frère qui décida que seule l’épreuve de l’eau peut certifier si quelqu’un est coupable ou non. La Reine Sancie a par la suite été innocentée par cette nouvelle loi établie.

C’est de nos jours l’un des piliers du développement historique de Salies-de-Béarn. Un moteur donc de découverte pour la question du tourisme et de l’obtention des connaissances historiques.

3. Le musée du sel et des traditions Béarnaises

Dans la vieille ville de Salies de Béarn, la Maison Darrémoudine à colombages du XVIIe siècle a été entièrement restaurée et est aujourd’hui un musée pédagogique. Ce musée du sel présente en trois niveaux d’exposition : l’histoire du sel de Salies de Béarn, de la technologie originale et de l’extraction du sel aux cures thermales du troisième ou trente-cinquième siècle. Le sel de Salies-de-Béarn est le pilier historique de cette petite ville béarnaise, station thermale et touristique située entre Biarritz et Lourdes.

Pour créer les visites intéressantes et expressives pour tous les publics, plusieurs espaces de visite à trois niveaux sont offertes. Ce qui laisse la possibilité de s’enrichir en connaissance pratique sur l’évolution historique de cette cité de sel jusqu’à nos jours. Il est aussi question pour certaines personnes en guise de tourisme de se sentir au-devant de la scène d’entretien de ces eaux, de se sentir présente depuis la découverte lue dans les livres écrits par les ancêtres.

4. Le château Saint-Pé

Le château de Saint-Pé a été construit probablement avant le 14ème siècle et était l’ancien vassal du souverain vicomte Béarn. Il a été mentionné dans le censier général dressé par Gaston 3 de Foix-Béarn en 1385. Son objectif principal était la défense en renforçant le système de murailles de la ville de Salies-de-Béarn. Le côté ouest de la vicomté du Béarn a été exposé à l’invasion de l’armée de Charles 5 depuis l’Espagne. Salies-de-Béarn est devenue célèbre depuis cette époque grâce à son or blanc exploité à l’intérieur de la ville.

Saint-Pé est également la résidence solennelle de plusieurs familles, dont les membres siègent à la Cour des comptes ou au Conseil de Navarre. Ce château a conservé jusqu’à nos jours son caractère rural en particulier. Saint-Pé est aujourd’hui dans un état de dégradation accélérée. Il n’est plus possible d’y habiter et la nécessité des travaux d’urgence s’impose pour le protéger de la destruction.

Malgré cet état, plusieurs conservations ont été faites par le passé et attirent le grand public dans le but de l’admiration des œuvres ancestrales. Ce qui constitue en gros une activité touristique basée dans le développement historique de la commune de Salies-de-Béarn.