Photo Steve Mann – Shutterstock

Contraint de mettre en suspend toute activité suite au coronavirus et à l’obligation de confinement, le secteur du transport aérien est durement touché.

La distance sociale, un problème pour les compagnies de transport

Photo Skycolors – Shutterstock

Selon la commissaire européenne aux Transports, Adina Valean, la Commission européenne présentera en mai une série de règles pour la poursuite en toute sécurité des vols de passagers à la suite de la levée des mesures d’urgence. Notamment la distanciation sociale dans les aéroports et les avions.

Face aux restrictions et aux mesures de distanciation demandées, le secteur aérien se prépare à un déclin conséquent pouvant aller jusqu’à une perte de 1,2 milliard de passagers selon l’OACI (Organisation de l’aviation Civile Internationale).
Une estimation basée sur un pire scénario, mais pouvant donner une indication de l’impact de la crise sur les compagnies aériennes.

 

Quel sera l’avenir du secteur post COVID-19 ?

La survie d’Airbus est en jeu.

A moins qu’Airbus prenne des décisions immédiates, la société pourrait périr face au blocage du coronavirus.
Pour faire face à cette crise, le constructeur a commencé à profiter de programmes gouvernementaux, par le biais notamment d’utilisation de chômage partiel concernant 3 000 travailleurs.
Airbus a également convaincu les banques d’augmenter la ligne de crédit pour lui donner le temps de s’adapter et
envisage également de solliciter d’autres prêts soutenus par le gouvernement.

“La survie d’Airbus est remise en question si nous n’agissons pas maintenant”, a déclaré Guillaume Faury.

La société produit généralement plus de 60 de ses modèles d’Airbus A320 les plus populaires chaque mois, mais compte les réduire à 40. Elle réduira également la production de ses avions A330 à deux et de ses A350 à six permettant à airbus de répondre aux demandes du marché tout en protégeant le dispositif industriel.

Une baisse des cadences de production représentant une diminution de 30% de la capacité avant la crise.

Voici un article complémentaire sur la situation d’Air France KLM :

Coronavirus : l’Union européenne valide l’aide française de 7 milliards d’euros à Air France

 

Norvège : La compagnie Norwegian en grande difficulté.

 

Photo Sundry Photography – Shutterstock

 

Norwegian est au milieu de la plus grande crise de l’histoire de l’entreprise et mène une bataille intense pour survivre. L’objectif est d’échanger au total 1,2 milliard de dollars d’obligations et de dettes de crédit-bail contre des actions.

L’argent s’épuise, le Norwegian ne paie que les factures nécessaires.
En grande difficulté, les paiements actifs actuels sont liés à des opérations de vol minimaux, des coûts de main-d’œuvre minimaux, et le paiement lié à l’infrastructure informatique et d’autres paiements opérationnels critiques, principalement liés à sept avions en exploitation.

Norwegian a conclu un report d’échéance sur les gros montants de paiement d’honoraires et autres livraisons, et le plan de sauvetage du Norwegian consiste à faire participer les créanciers et les actionnaires. Il leur demande de renoncer à de grandes quantités de dette en échange d’actions.
Le plan que Norwegian a communiqué est qu’environ un tiers des avions quitteront la flotte, dont le plan original de 168 avions en 2020 avant la crise passera de 110 à 120 avions après la crise.

Ne croyant pas un retour à la normale avant 2022, la société mettra stratégiquement l’accent sur le maintien du solde de trésorerie pendant la basse saison jusqu’à l’Hiver 2020/2021.

 

Lors d’une conférence de presse la semaine dernière , le PDG norvégien Jacob Schram a décrit certains des problèmes que la société doit prendre en compte lors de la planification d’un démarrage des opérations après la crise du COVID-19.

 

« Plus précisément, cela signifie que:

L’activité norvégienne sur courte distance poursuivra sa faible activité en 2020, en partie grâce aux programmes de soutien des autorités norvégiennes pour maintenir une offre minimale dans les airs. Par la suite, on progressera progressivement en 2021 avant de fonctionner normalement en 2022.
Dans les opérations court-courriers en dehors de la Norvège, il est prévu que tous les avions resteront au sol en 2020 avant de reprendre le trafic en 2021 et de revenir à un fonctionnement normal en 2022.
Dans le domaine de l’interurbain, des plans sont également prévus pour un arrêt complet continu tout au long de 2020, un démarrage silencieux en 2021 et un fonctionnement normal en 2022.»

 

En premier plan, l’immédiat est de mettre en place un sauvetage financier pour éviter la faillite, puis ensuite la question se pose sur la restructuration de la flotte.
Norwegian a donc l’intention de se débarrasser de chaque 3ème avion permettant de réduire les coûts et de se concentrer sur les itinéraires rentables.

Aujourd’hui, Norwegian possède environ 110 Boeing 737 court et moyen-courriers et 37 Boeing 787 Dreamliner long-courriers.

Sur ce nombre, la majorité des avions sont loués à de grandes et petites sociétés de crédit-bail – un total de 24 opérateurs différents.
Possédant une partie de la flotte, il est probable que la société conservera 42 Boeing 737-800 et Boeing 737 Max et
11 gros Boeing 787 Dreamliner.

 

La date limite à mi-Mai pour Norwegian 

Le plan de l’entreprise comporte trois dates et périodes importantes :

– Les détenteurs d’obligations doivent accepter de passer de la dette aux capitaux propres le jeudi 30 avril.
– Les actionnaires doivent ensuite approuver l’ensemble du plan lors d’une assemblée générale extraordinaire le lundi 4 mai.
– Ensuite, un placement privé contre les actionnaires existants et nouveaux aura lieu du 5 au 13 mai.

L’entreprise espère avoir accès au dossier de crise le 14 mai.

 

Le problème des compagnies low-cost et du taux de remplissage

compagnies-low-cost__80050039

Photo Rob Wilson – Shutterstock

La polémique de Ryanair avec le gouvernement Irlandais concernant le siège vide.

« Ryanair refuse de voler à nouveau s’il doit laisser le siège du milieu vide »

La flotte de Ryanair ne pourra pas fonctionner si le gouvernement irlandais impose de telles règles. Comme l’a ajouté Michael O’Leary, il n’est pas possible de gagner en tant que transporteur aérien avec un taux d’occupation de 66%.

Dans un entretien au Financial Times, le patron dit avoir prévenu le gouvernement irlandais, “soit il paie pour le siège du milieu, soit on ne volera pas”, car “nous ne pouvons pas gagner d’argent avec un taux de remplissage de 66%”. Selon lui, laisser inoccupés les sièges médians ne garantit pas une distance suffisante donc “c’est une idée idiote qui ne mène à rien de toute façon”.

 

La tendance actuelle du secteur aéronautique

Prenant compte de plusieurs mois pour assouplir les restrictions de voyage, et plusieurs années avant que la demande mondiale de voyages aériens soit de retour, la tendance du secteur est à une gestion de la flotte revue à la baisse avec des avions plus petits.

La liquidité diminue et les perspectives de reprise dans un avenir proche sont faibles, tandis que certains gouvernements envisagent de les renforcer financièrement.

 

https://www.kathimerini.gr/1073619/article/oikonomia/die8nhs-oikonomia/sos-ekpempoyn-oi-aeroporikes-etaireies

 

https://www.kathimerini.gr/1075191/article/oikonomia/die8nhs-oikonomia/antidra-h-ryanair-gia-to-mesaio-k

 

https://www.kathimerini.gr/1075396/article/oikonomia/die8nhs-oikonomia/kontra-gia-tis-kratikes-enisxyseis-se-aerometaforeis-sthn-eyrwph

 

https://www.ethnos.gr/kosmos/101608_i-ryanair-arneitai-na-xanapetaxei-prepei-na-afinei-keno-mesaio-kathisma

 

https://www.jutarnji.hr/magazin/globalni-zaokret-na-pomolu-pandemija-je-avioprijevoznike-bacila-na-koljena-ali-alternativa-je-tu-cetiri-eu-drzave-kupit-ce-800-superbrzih-vlakova/10245013/

 

https://www.jutarnji.hr/vijesti/svijet/mi-doslovno-krvarimo-novac-kao-nikada-u-povijesti-sef-europskog-aviogiganta-u-pismu-radnicima-upozorio-da-kompaniji-prijeti-propast-zbog-koronakrize/10248862/

 

https://turystyka.rp.pl/trendy/26547-turystyka-nie-wroci-do-normy-przed-wielkanoca-2021?utm_source=rp&utm_medium=teaser_redirect

 

https://jyllands-posten.dk/livsstil/rejser/ECE12092831/coronakrisen-kan-slaa-luftens-giganter-ihjel/

 

https://www.berlingske.dk/business/norwegian-vil-skaffe-millioner-ved-at-saelge-nye-aktier

 

https://finans.dk/erhverv/ECE12100530/pengekassen-loeber-toer-nu-betaler-norwegian-kun-de-vigtigste-regninger/?ctxref=ext

 

https://www.dagsavisen.no/nyheter/innenriks/norwegian-ser-ikke-for-seg-normal-drift-for-i-2022-1.1705855

 

https://www.dn.no/luftfart/norwegian/jacob-schram/koronaviruset/norwegian-betaler-bare-helt-nodvendige-regninger/2-1-798119

 

https://e24.no/naeringsliv/i/xP2Rdp/norwegian-legger-frem-detaljer-om-redningsplanen

 

https://e24.no/boers-og-finans/i/P9J32J/norwegians-redningsplan-tror-ikke-paa-normal-drift-foer-i-2022

 

https://www.theguardian.com/business/2020/apr/27/airbus-job-cuts-staff-coronavirus-lockdown

 

https://www.nezavisne.com/ekonomija/privreda/Nastavak-letova-uz-socijalno-distanciranje/595650

 

https://www.kathimerini.gr/1075191/article/oikonomia/die8nhs-oikonomia/antidra-h-ryanair-gia-to-mesaio-keno-ka8isma

 

https://www.vecernji.hr/biznis/predvida-se-najveci-pad-u-europi-medunarodni-zracni-prijevoz-moze-ostati-bez-12-milijarde-putnika-1396786